Traversée Saint-Martin / Açores du 2 au 24 mai 2024

26 Mai 2024 , Rédigé par Voilier Mataiva Publié dans #Voilier Mataiva, #Voile, #Le tour de l'atlantique, #Navigation, #Atlantique, #Traversée Saint-Martin - Açores

 

Jeudi 2 mai 2024, nous quittons la baie de Marigot vers 10 heures après avoir fait le plein d’eau et de gasoil à l’île Marine. Il y a entre 15 et 20 nœuds de vent d’Est à Sud-Est.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Nous commençons cette navigation, de 2200 milles en route directe, au près tribord amure. D’autres voiliers partent aussi, Lilas Blanc, Lafko nous précèdent. Nous verrons également sur l’AIS Jasmin. Navigation au près dans une mer un peu agitée, nous sommes tout de suite dans l’ambiance. A l’intérieur du bateau la chaleur est écrasante. La météo pour st Martin et st Barth annonce des orages. La nuit tombée, nous les apercevons claquer, au loin, sur les îles.

Vendredi 3 mai 2024, Le vent soutenu d’Est à Sud-Est a persisté jusqu’en début d ’après-midi. Nous sommes donc restés tribord amure, voilure réduite, cap à 50-60 degrés. Nous avancions autour de 5 nœuds. Il était prévu, par les modèles météo, que le vent baisse et que nous entrions dans une zone de calme mais ce n’est pas ce qui s’est passé. C’était déjà bien gris depuis le début de la matinée mais là, vers 16H, nous sommes entrés dans une zone orageuse intense. Le vent a commencé à varier en direction et en intensité sans aucun rapport avec ce que prévoyait les fichiers Grib. La pluie a commencé à tomber accompagnée d’éclairs, le vent a pris globalement une direction nord-est et est monté a plus de 30-35 nœuds. Nous avons réduit encore davantage la voilure et tenté de garder le cap vers les Açores au près mais cela s’est avéré impossible avec en plus le déluge de pluie. Nous mettons le moteur pour tenter de continuer de remonter vers le nord et sortir de cette zone agitée mais au bout d’une heure, il a fallu renoncer, le pilote lâchait sans arrêt, le bateau tapait sur les vagues. Il ne pas fallait pas continuer à forcer et gaspiller du gasoil mais plutôt équilibrer le bateau sous voiles en attendant le retour au calme. Vers 17H, nous mettons à la cape filante, un bout de génois à contre, un bout de grand-voile et la barre bloquée au lof. Le bateau passe bien la houle et file 2 à 3 nœuds vers le sud. Nous avons pu reprendre le bon cap vers 23 heures. Vers 22 H, le voilier Moana, qui nous suivait au moteur, depuis la fin d’après-midi, en changeant sa route comme nous, nous appelle, à la VHF, en anglais. Nous comprenons vaguement qu’il souhaite rester près de nous et lui indiquons que nous le voyons bien à l’AIS. Mais lorsque les éclairs d’orage s’intensifient, il accélère pour retourner en direction des îles.

Samedi 4 mai 2024, dans la journée, le vent a continué à varier en direction passant du sud-est au nord-est mais sans dépasser 15 à 17 nœuds ce qui nous a permis de garder toute la toile. Le soir, nous réduisons la toile par précaution mais normalement il ne devrait pas y avoir de vent fort cette nuit. La mer s’est un peu calmée mais compte tenu de la route à faire, vers le nord, nous sommes toujours au près, ce qui nous oblige à tirer des bords et rallonge le parcours. Ce soir, nous sommes à 1992 milles d’Horta. Nous apprécions cette nuit à petite vitesse sous un ciel étoilé.

Dimanche 5 mai 2024, à 7H30, (2057N/6.37W).  Nous avançons au près, à 3-4 nds, sous voiles hautes, cap 40. La mer est calme, il fait beau. Vers 10 heures, le vent baisse fortement puis à 11 heures passe du sud-est au nord-ouest et remonte à une dizaine de nœuds. Nous mettons cap au nord pour le restant de la journée. Ces bords de près rallongent la distance et ne nous rapprochent pas beaucoup d’Horta qui est ce soir à 1925 milles. Pour la nuit, nous conservons ce cap en réduisant un peu la toile.

Lundi 6 mai 2024, 7H00. Nous avons viré et faisons cap au 75 bâbord amure, toujours au près dans une petite houle croisée sous un ciel nuageux et contre un fort courant. Dans la journée, petit à petit, ça refuse et nous sommes obligé d’abattre mais nous gardons cette option pour éviter une zone sans vent au-dessus. Nous ne nous rapprochons toujours pas beaucoup d’Horta qui est ce soir à 1882 milles.

Mardi 7 mai 2024, la nuit s’est bien passée, à petite vitesse car il n’y avait pas beaucoup de vent. Le cap n’est plus du tout favorable tant il a fallu abattre. Cela nous fait faire du sud-est. On ne trouvera pas de vent dans ce coin-là. Nous décidons de virer et passons tribord amure en tout début de journée. Cap au nord, nous devrions retrouver du vent, c’est ce que nous disent les Gribs.

Vidéo : Mataiva navigue vers les Açores

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Effectivement, le vent se lève, la mer aussi et le bateau tape dans les vagues. C’est très inconfortable mais il faut gagner dans le nord pour retrouver des vents plus favorables. Dans la journée la mer se calme et nous passons mieux les vagues. Nous avançons bien dans un vent de 12 à 14 nœuds. Quand nous mettons le moteur en marche, ce qui nous arrive de temps en temps pour compléter la charge des batteries par les panneaux solaires et l’hydro, nous sentons des vibrations anormales au niveau du saildrive. Il faut aller voir s’il n’y aurait pas quelque chose d’accroché à ce niveau. Nous utilisons la GoPro pour faire une inspection vidéo depuis la plage arrière de Mataiva. Nous découvrons qu’il y a un gros paquet d’algues accroché au niveau du saildrive. Il faut absolument le retirer car il doit aussi obstruer les prises d’eau de refroidissement du moteur. Il y a bien l’option d’aller le retirer en plongeant mais si on peut éviter de plonger au milieu de l’atlantique, ce serait mieux. On garde cette option en dernier recours. Finalement, nous n’en aurons pas besoin. Une marche arrière au moteur après avoir enrouler les voiles aura eu raison de ce paquet d’algues. Après avoir résolu ce problème nous reprenons notre route au nord sous voiles. Dans l’après-midi, un grand banc de dauphins nous rend visite. C’est toujours magique ! En fin de journée, le vent adonne, ce qui nous est très favorable car en plus de faire du nord on fait un peu d’est ce qui nous rapproche d’Horta.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

A 1h40 TU (21h40 locale) nous sommes à la position 22°56’N, 59°11’W à 1824 milles d’Horta.

Mercredi 8 mai 2024, 0H40. Nous avons réduit un peu la toile et filons à 4 nds au cap 40 au près avec une petite houle. Ça penche, ça tape mais ça passe. Au petit matin nous remettons toute la toile que nous réduirons à nouveau au cours de la journée. Nous resterons toute la journée tribord amure avec un cap moyen plutôt à 30 avec des vitesses entre 4,5 et 6 nœuds. Belle journée de navigation même si ça remue encore beaucoup et plus efficace que les précédentes en termes de rapprochement du but.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

A 1h40 TU (21h40 locale) nous sommes à la position 24°29’N, 58°09’W à 1724 milles d’Horta.

Jeudi 9 mai 2024, nous avons poursuivi notre remontée au nord-est au cap 30 à 40 suivant les heures, tantôt voiles hautes tantôt voiles réduites, tribord amures entre 4 et 6 nœuds, quelques fois un peu plus. La mer bien creuse ce matin s’est adoucie dans la journée, ça devient plus confortable. A 1h40 TU (21h40 locale) nous sommes à la position 26°03’N, 57°01’W à 1618 milles d’Horta. Dans la nuit nous traversons une zone orageuse avec des éclairs mais pas de pluie. On a dû passer à la lisière de la zone.

Vendredi 10 mai 2024, encore une belle journée de navigation au cap 40 le matin, 50 dans l’après-midi, sous voilure réduite, à one vitesse de 5 à 6 nœuds. On joue le confort, pour nous et pour soulager Mataiva, plutôt que la vitesse. Nous serrons moins le vent, c’est plus agréable, ça bouge encore mais ça tape moins. Dans l’après-midi nous pêchons une sériole. Repas au bol, et encore, il ne faut le remplir qu’à moitié tellement ça bringuebale.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 27°40’N, 55°34’W à 1498 milles d’Horta.

Samedi 11 mai 2024, 1h20, Mataiva file à 5nds au cap 45 sur une mer légèrement formée. Des petits paquets de mer tapent sur la coque au passage des vagues de houle. Nous passons dans un grain dans la matinée, ce qui nous permet de récupérer 2 seaux d’eau de pluie en écopant dans la rigole formée par le liston sous le vent. (Et, bien sûr en écopant, on profite d’une douche en direct !  On l’utilise pour faire un peu de lessive.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Ensuite le ciel se découvre. Nous avons droit à un beau soleil puis nous entrons dans une zone de vent plus faible. Nous déroulons toutes les voiles. Nous avançons quand même à 4,5 nœuds. A14h30 (18h30 TU) nous naviguons au cap 60 vent par le travers à 5 nœuds environ. En fin d’après-midi, nous reprenons le cap 40 pour éviter une zone de calme. Nous sommes grand-largue. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 28°52’N, 53°57’W à 1388 milles d’Horta.

Dimanche 12 mai 2024, journée tranquille. On file tribord amure, à 5-6 nds, cap 60° sur une mer peu agitée. On prend les fichiers météo, 2 fois par jour (de vrais accrocs !) pour affiner notre route grâce aux modèles de météo GFS et ECMWF et si possible éviter des zones de trop ou trop peu de vent. En fin d’après-midi, une belle dorade coryphène s’invite à bord. La photo, et hop ! au court bouillon.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

En soirée le vent fraichit, la nuit s’annonce plutôt agitée. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 30°08’N, 52°01’W à 1262 milles d’Horta.

Lundi 13 mai 2024, on a bien avancé, bien balloté aussi avec les vagues qui viennent taper sur la coque. Effectivement, nous avons retrouvé depuis hier soir une mer bien agitée et un vent également bien soutenu. Nous avons navigué toute la journée sous voilure réduite au cap 40 au largue et toujours à bonne vitesse. Ce soir, nous avons réduit encore davantage la voilure pour le passage d’un front dans la nuit avec des vents supérieurs à 20 nds. A midi, nous avons fait un premier excellent repas avec la dorade coryphène d’hier.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 31°32’N, 50°14’W à 1140 milles d’Horta. Nuit agitée et humide, on est bien secoués. On a laissé le pilote très souple et on a abattu pour mieux laisser passer le front.

Mardi 14 mai 2024, matinée en pull et coupe-vent, bientôt prêts à ressortir les vestes de quart. Le vent avait bien baissé, nous pensions le front passé, nous avions remis de la toile mais à peine avions nous terminé de rager les bouts que le vent s’est remis à souffler à plus de 20 nœuds donc rebelotte on re-réduit. Nous sommes restés ainsi, voilure très réduite, 1m2 à l’avant, 1m2 à l’arrière, toute la journée, dans une mer chaotique et un vent de SE de 20 à 30 nœuds à des vitesses de 4 à 7 nœuds et bien sûr aussi de la pluie ! A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 32°27’N, 48°19’W à 1028 milles d’Horta.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Mercredi 15 mai 2024, après une nuit chaotique et un dernier orage dans la matinée nous sortons de cette zone perturbée. Le vent tombe et nous retrouvons le soleil qu’on n’avait pas vu depuis 2 à 3 jours. Toutefois, le ciel se recouvre assez rapidement et nous retrouvons un peu de vent qui nous permettra d’avancer correctement toute la journée parfois avec l’aide du moteur. En inspectant le bateau nous remarquons que le bout qui sert à enrouler le génois est très abimé. A un endroit la gaine est coupée, il ne reste plus que l’âme du bout. Outre le risque de casse, le bout risque de se bloquer dans les poulies de guidage rendant impossible l’enroulement du génois, ce qui peut être problématique par vent fort. Il faut donc réparer. Nous n’avons pas de bout de rechange de ce diamètre à bord. Heureusement, le bout en place est plus long que nécessaire et nous pouvons couper la partie abimée et réinstaller le bout. Ce soir, le vent baisse trop, nous gardons les voiles mais nous rallumons le moteur. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 33°05’N, 46°10’W à 913 milles d’Horta.

Jeudi 16 mai 2024, 1H30, la lune s’est couchée la nuit redevient d’encre clairsemée étoiles. Nous avançons au moteur cap 75°. Nous devons traverser une grande zone sans vent au plus vite pour aller retrouver du vent plus à l’Est. Nous avions déjà ressorti les pulls le soir maintenant il faut en plus une veste ou une polaire supplémentaire, les Antilles sont bien loin ! Nous n’avions pas sorti le spi asymétrique depuis la transat aller. Cette zone de calme est l’occasion ou jamais. Nous l’installons puis nous éteignons le moteur.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Nous rentrons une bonne partie de la grand-voile qui ne fait que battre et qui empêche plutôt le spi de se gonfler dans ce léger souffle. Nous avançons à 3 nœuds environ. C’est mieux que rien et même pas mal du tout avec ce léger souffle. Nous restons dans cette configuration une bonne partie de la journée puis nous rallumons le moteur. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 33°28’N, 44°25’W à 824 milles d’Horta.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Vendredi 17 mai 2024, 1H00, un léger souffle se lève, cela permet de sortir la grand-voile qui se gonfle. Mais cela ne suffit pas pour couper le moteur qui fournit la vitesse de 4 nds ; on gagne 0,5 nd. Dans la matinée, le léger souffle retombe, nous passons la journée au moteur avec en prime, la pluie. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 33°59’N, 42°31’W à 725 milles d’Horta.

Samedi 18 mai 2024, 0h00, nous sommes toujours au moteur. La bulle de calme dans laquelle nous sommes se déplace dans notre direction et nous rattrape sans cesse, nous n’arrivons pas à en sortir. 8h00, après une nuit encore au moteur, nous retrouvons ce matin un peu de vent et nous en profitons pour arrêter le moteur et mettre le spi. Nous avançons ainsi sous voiles à 5/6 nœuds.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Ça fait plaisir de renaviguer à la voile. Mais dans l’après midi, nous retombons à 3/4 nœuds puis 2/3 nœuds malgré le spi que l’on affale vers 16H00 pour remettre le moteur. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 34°41’N, 40°52’W à 633 milles d’Horta.

Dimanche 19 mai 2024, 5h00, après une nouvelle nuit au moteur, nous avons pu remettre les voiles. Nous naviguons à 5 nœuds au cap 90 par 10 à 12 nœuds de vent de travers. 8h00, nous mettons le spi, on gagne plus d’un nœud, on avance à 5/6 nœuds. 10h00, le vent baisse, on avance plus qu’à 5 nœuds, 11h00, plus qu’à 4. Espérons que ça va se maintenir.17h00, et bien non ça n’a pas tenu, nous n’avançons plus qu’à 3 nœuds sous spi. Les gribs nous indiquent que la zone de vent est à une quinzaine de milles devant. A 18h00, nous décidons de la rejoindre au moteur. 20h30, opération réussie, nous sommes sous voiles à 5 nœuds. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 35°02’N, 38°48’W à 532 milles d’Horta.

Lundi 20 mai 2024, 1h33. On avance avec un vent de 15 à 20 nds voilure très légèrement réduite. Le vent est irrégulier et la pluie s’est installée. Cette nuit, Mataiva fait une belle avancée, mais au petit matin, gros trou de vent durant une bonne demi-heure.  Puis ça repart mais le vent faiblit de plus en plus. 9h30, ça remonte un peu, on met le spi. 19h00, nous avons pu garder le spi jusqu’à maintenant où nous venons de le rentrer pour la nuit. Il nous a permis de maintenir une vitesse entre 5 et 6 nœuds parfois plus de 7 avant que le vent ne tombe un peu en fin d’après-midi. Alors que nous affalions le spi, le bateau NITA KII qui se rend à Gibraltar nous appelle à la VHF pour nous saluer et savoir où nous allions et si tout allait bien. 20h00, il n’y a pas suffisamment de vent pour naviguer avec les voiles seules, nous allumons le moteur pour aider un peu. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 35°33’N, 36°41’W à 425 milles d’Horta

Mardi 21 mai 2024, 1h16. On coupe le moteur, les voiles nous donnent une petite vitesse de 3-4 nœuds. Au matin, vers 5 heures, on renvoie le spi mais on ne dépasse pas les 3.5 nœuds. 9h00, petit à petit la vitesse augmente. Nous sommes aux alentours de 5 nœuds. Dans l’après-midi le vent baisse. Nous gardons le spi car il nous permet d’avancer quand même dans ce petit temps.

Les fichiers météo nous annoncent le passage d’une dépression sur notre route pour la nuit du 22 au 23 dont nous suivons l’évolution depuis plusieurs jours. Dans l’après-midi, une petite bonite mord la ligne. Elle est mise en marinade. En étudiant les gribs nous voyons que si nous prenons la direction de Flores nous aurons un vent légèrement moins fort par rapport à Horta. De plus la distance pour rejoindre Flores est légèrement plus courte. Enfin tous nos amis qui connaissent Flores nous en disent le plus grand bien. 17 heures, la décision est prise, nous changeons notre point d’arrivée, cap sur Flores où nous aurons le plaisir de retrouver nos amis de Lafko qui y sont arrivés depuis quelques jours. A 21h40 (1h40 TU) nous sommes à la position 36°05’N, 34°55’W à 334 milles d’Horta et 265 de Flores.

Mercredi 22 mai 2024, 0h20. La lune luit, le vent souffle à 10 nd. Mataiva avance sous voiles et moteur sur son nouveau cap, Florès. Cette île située à 100 nm au nord-ouest n’était pas sur la route idéale. Mais les vents nous y portent et c’est l’occasion de la découvrir. Aujourd’hui c’est le passage d’une petite dépression qui nous attend. Le ciel est gris, pluvieux, le vent fraichit et la mer se creuse. De temps à autre une grosse lame vient presque coucher le bateau. Tout vole à l’intérieur.  On réduit la toile au fur et à mesure que le vent monte. Le but est d’équilibrer pour éviter la casse. Le repas au bol. Ce sera salade composée de thon en conserve enrichie de riz cuit ce matin au p’tit déj. Et le soir, tartines salées sucrées avec café chaud car la nuit va être agitée. Mataiva file à 5 nd dans plus de 20 nd de vent hors rafale et une houle de 2.5 M. A l’intérieur, nous nous tenons prêts et sortons pour un règlage de voiles ou de pilote quand il le faut.

Jeudi 23 mai 2024, 0h20. Nous avons empanné filons plein Nord vers Florès. Nous sommes à l’intérieur de Mataiva, porte fermée car la pluie et le vent viennent de derrière. De temps en temps une vague explose dans le cockpit. Nous restons dans le carré, en tenue, prêt à intervenir à l’extérieur. Bien sûr, nous avons préalablement réduit la voilure. Pour cette nuit, nous ne faisons pas les quarts classiques. Nous nous relayons pour faire une veille d’une à deux heures chacun. A l’intérieur du bateau ça remue un max ! 5h00, le gros de la dépression est passé, le baromètre commence à remonter. Il reste une grosse mer qui devrait un peu se calmer rapidement avec le vent qui baisse aux alentours des 17 nœuds hors grains. Ces grains qui nous obligent à revoir nos réglages fréquemment. En début d’après midi le vent baisse à 14 nœuds. 13h00, des dauphins viennent saluer notre navigation vers Florès.repas au bol. Nous sommes à moins de 100 miles nautiques de Flores.

Vendredi 24 mai 2024, comme prévu le vent remonte t il faut réduire. La nuit a été éprouvante. Le vent légèrement moins fort que la nuit précédente, de quelques dixièmes de nœuds, mais la mer était déchainée. Ca a bien secoué, le bateau bougeait dans tous les sens. Mataiva est un bon bateau, tout a tenu. L'arrivée sur Florès est pour aujourd'hui. 8h20, Florès est en vue.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva
Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

Nous sommes contents d'arriver. 12h00 (16h00 UTC), nous nous amarrons à couple de Lafko qui est arrivé depuis quelques jours.

Le tour de l'atlantique du voilier Mataiva

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article